Vos questions ou FAQ… et quelques réponses toutes en un !

Par quel biais les élèves peuvent-ils obtenir une technologie d’aide (TA)? SESAF ou AI? ou les deux?

Quelles sont les conditions exactes pour obtenir de l’aide de la cellCIPS?

Si nous connaissons déjà la procédure, pourrions-nous faire sans la cellCIPS ou sans le réseau interdisciplinaire?

Qui a le leadership?

L’inspectrice ou l’inspecteur doit-il/elle être averti/e?

Quelle personne contacter à la cellCIPS?

Lorsqu’un(e) élève à besoins particuliers utilise un ordinateur toute l’année, que se passe-t-il pour lui (ou elle) dans le cadre des ECR et autres examens?

Quelles formations continues donnez-vous?

Où se trouvent les ressources électroniques (PDF essentiellement) à télécharger pour les élèves à BP?

Qui paye?

Mac, PC ou Google/Androïd?

Au fait, pourquoi faire de l’adaptation?

Données sensibles?

Je suis enseignant itinérant, ai-je droit à du matériel ?

Dans le canton de Vaud, par quel biais les élèves peuvent-ils obtenir une aide technologique? SESAF ou AI? ou les deux?

Toute la mise en place d’une éventuelle technologie d’aide doit être soutenue par l’équipe pédagogo-thérapeutique dans son entier, la personne ressource MITIC de l’établissement, par les parents, et acceptée par l’enfant. Le défi n’étant pas tellement d’utiliser l’outil, mais plutôt de faire entrer tous les partenaires dans le processus, puisque chacun a un rôle à y jouer.

Dans tous les cas la mise en place d’un réseau interdisciplinaire (voir la réponse à la question suivante) permettra de comprendre quel soutien est possible par l’AI ou d’autres acteurs.

L’intervention de la cellCIPS (conseils, aide à l’analyse des besoins, etc.) n’est pas liée à la mise en place d’une demande à l’AI, mais bien au fait que l’élève

bénéficie de mesures de soutien parce que relevant de l’art.1 de la loi sur la pédagogie spécialisée.

bénéficie déjà d’une technologie d’aide (TA) octroyée par l’AI.

Des informations concernant les aménagements, respectivement les adaptations, figurent en chapitres 5, 6 et 9 du Cadre général de l’évaluation. Voir également http://www.vd.ch/themes/formation/scolarite-obligatoire/evaluation/

Quelles sont les conditions exactes pour obtenir de l’aide de la cellCIPS sur Vaud?

Notre cadre actuel, très clairement défini par l’Office dont nous dépendons (l’OES), est circonscrit aux élèves bénéficiant de mesures de pédagogie spécialisée (futures mesures renforcées) et dûment connus de nos services, par l’inspecteur/trice responsable de secteur.  Si l’élève ne devait pas entrer dans cette catégorie, c’est bien avec les services de la Direction Pédagogique de la DGEO qu’il faudrait traiter, avec l’Unité Scolarisation et Pédagogie différenciée.

Nous intervenons lors d’un premier réseau organisé par Doodle et par le doyen et qui réunit tous les partenaires, en format interdisciplinaire: à savoir les thérapeutes, les parents, l’équipe pédagogique et la PRessMITIC – Personne Ressources MITIC – locale.

Afin d’aider nos partenaires dans le choix d’une TA et cette prise de décision quant à la pertinence de la mise en place d’un projet de technologie d’aide à l’école, nous avons préparé une feuille de route où quelques points sont listés > www.cellCIPS.ch/feuille-de-route.

Si nous connaissons déjà la procédure, pourrions-nous faire sans la cellCIPS ou sans le réseau interdisciplinaire (VD)?

Dans tous les cas un mail ou un téléphone vous permettra d’être au clair !

Qui a le leadership?

Le leadership revient toujours à la direction de l’établissement. Cela peut se faire par délégation à la doyenne/au doyen ou personne équivalente.

Par leadership nous entendons plus particulièrement:

• Faire l’invitation aux réseaux de départs puis intermédiaires et de bilan.
• Tenir un protocole où sont consignées les décisions et les délégations de compétences.
• Être garant du suivi de la mise en place de la TA, puis des passations entre classes et cycles, voire plus loin lors du passage à l’apprentissage ou au monde adulte.
• Être garant du suivi technique, veiller à ce que les différents intervenants de l’établissement soient formés.
• Coordonner la circulation de l’information (lors de problèmes ou de demandes de changements, etc…).

Pour la procédure vaudoise, l’inspectrice ou l’inspecteur doit-il/elle être averti/e?

Dans tous les cas un mail ou un téléphone vous permettra d’être au clair ! Pour notre part, si nous avons un doute sur la recevabilité de la demande, c’est bien à l’inspecteur/trice responsable du secteur que nous nous adresserons.

Quelle personne contacter à la cellCIPS?

Une question d’ordre général pourra être adressée au responsable de la cellule, elvio.fisler AT cellcips.ch
Si vous avez déjà l’habitude de traiter avec une de nos collègues PRessMITIC, le plus simple est de leur écrire directement.
L’adresse générique info AT cellCIPS.ch nous permet ensuite de traiter votre demande en coordination.

Lorsqu’un(e) élève à besoins particuliers utilise un ordinateur toute l’année, que se passe-t-il pour lui (ou elle) dans le cadre des ECR et autres examens?

Des réponses à trouver dans le CGE : http://www.vd.ch/themes/formation/scolarite-obligatoire/evaluation/

Chapitre 5, 6 et 9 du Cadre général de l’évaluation. Dans tous les cas,  lorsqu’un enseignant a des questions, il en réfère à son conseil de direction qui, s’il l’estime opportun, prendra contact avec la Direction pédagogique.

Un autre élément de réponse est à trouver dans un arrêté du tribunal fédéral egalité-handicap http://www.egalite-handicap.ch/bases-juridiques.278.html et http://integrationhandicap.ch/fr/

Quelles formations continues donnez-vous?

Les offres que nous pouvons proposer sont à la carte parce que visant à mieux expliquer à un collège de direction le fonctionnement de la TA et les différents soutiens possibles. Nous veillons également à fournir, lors des suivis, les bases nécessaires afin que les acteurs puissent gérer en toute autonomie la situation.

Où se trouvent les ressources électroniques (PDF essentiellement) à télécharger pour les élèves à BP?

Des ressources numérisées (travaux de civilistes à l’époque à defitech) sont disponibles dans la bibliothèque du site du cartable numérique. Pour vous créer un accès, rendez-vous sur  cartablenumerique.ch

Les enseignants peuvent accéder aux ressources au format PDF sur le plandetudes.ch de la CIIP (accessibles avec l’identifiant educanet2.ch), y compris des institutions.
En ce qui concerne les groupes educanet2.ch tenus par la DGEO (chefs de files à la Direction Pédagogique), l’accès est réservé aux adresses vd.educanet2.ch (disponibles également pour les établissements prestataires de pédagogie spécialisée).

Qui paye?

La logique de la mise en place d’une TA est bien d’offrir, y compris par des prêts de l’école voire de la cellCIPS, la possibilité aux intervenants du réseau d’observer les avantages de l’utilisation de la TA avec l’enfant ayant des besoins particuliers.

Quand c’est possible et que les conditions sont réunies, une demande peut être faite à l’OAI .

À remarquer que le temps mis ensuite pour l’obtention du financement OAI dépend des situations et des arguments qui auront pu être mis en avant.

Mac, PC, Google ou Androïd?

Dans notre canton, nous avons l’immense privilège d’être équipés d’un parc informatique Apple homogène, dont les systèmes sont extrêmement performants et cohérents (machines et logiciels conçus par la même firme), pensés et conçus pour venir en aide aux personnes en situation de handicap aussi.

Notre informatique spécialisée est ainsi en adéquation avec le parc informatique cantonal et avec les pratiques et connaissances des enseignants-es, et ce depuis de nombreuses années déjà.

Le fait que, parfois, des élèves viennent d’autres cantons ou disposent d’autres appareils (par le privé) est une réalité que nous connaissons. Sans pouvoir garantir une complète connaissance ou compétence, nous nous efforçons de mettre en évidence les fonctions premières visées en accessibilité, par exemple la synthèse vocale, la dictée vocale et l’annotation de documents, etc. L’insertion réussie dans le système scolaire (lorsque nécessaire) dépendra ensuite des volontés et compétences locales.

Au fait, pourquoi faire de l’adaptation?

Le bon sens voudrait que chacun ait à coeur de faire les adaptations nécessaire aux besoins particuliers de ses élèves. Et c’est bien en concordance avec différentes lois :

La LEO (loi scolaire vaudoise) : Art. 98 Principes généraux
• 1 Le directeur et les professionnels concernés veillent à fournir à tous les élèves les conditions d’apprentissage et les aménagements nécessaires à leur formation et à leur développement. En particulier, les enseignants différencient leurs pratiques pédagogiques pour rendre leur enseignement accessible à tous leurs élèves.
• La « Convention relative aux droits des personnes handicapées » — Vers le lien.

Art. 4g […] encourager l’offre et l’utilisation de nouvelles technologies – […] – qui soient adaptées aux personnes 
handicapées, en privilégiant les technologies d’un coût abordable;

Les données sensibles?

Mettre une technologie d’aide implique presque toujours la mise en place d’un système d’échange, notamment par un Cloud. Si, aujourd’hui, nous proposons Dropbox dans la plupart des cas (uniquement pour les travaux d’élèves, aucunement pour les données confidentielles), c’est parce que ce système est le plus simple d’utilisation et le plus ergonomique, tant pour l’élève que pour les enseignantes et enseignants. Nous laissons le soin de choisir ce qui lui est le plus familier à l’établissement hôte. La condition de base étant la simplicité d’emploi pour l’élève bénéficiaire avant tout.

 Je suis enseignant itinérant, ai-je droit à du matériel?

Les enseignants itinérants de la DGEO on droit à avoir un outil de travail. Voici la procédure du CIPEO pour cela : équipement des MCDI

Share