Jouets connectés

Les objets connectés, ce sont par exemple:

  • un jouet en peluche relié à un bouton-contacteur,
  • un bouton pour enregistrer des messages 
  • un gros bouton pour allumer un appareil de ménage ou de cuisine.

Vous pouvez utiliser ces objets dans une classe d’enseignement spécialisé, avec tous les élèves. Si vous utilisez ces objets souvent et dans la classe, ils aident vraiment les élèves. 

Les élèves d’une classe sont tous très différents. Ils n’ont pas le même handicap. Ils ont des difficultés différentes. Il y a des élèves qui ne parlent pas. Il y a des élèves qui ont de la peine à bouger. Il y a des élèves qui ne savent pas comment jouer avec les autres. C’est très important pour ces élèves d’apprendre à être ensemble, mais ils sont souvent tout seuls avec un adulte pour s’occuper d’eux. 

On peut travailler avec tous les élèves avec les objets connectés. On peut aussi faire travailler les élèves ensemble, en groupe. C’est comme ça que les élèves peuvent apprendre à mieux jouer et travailler ensemble.

Les élèves qui ont un polyhandicap ou un trouble de l’autisme ne peuvent pas beaucoup communiquer. Ils ont de la peine à savoir comment montrer qu’ils sont là et comment agir sur les choses autour d’eux. Ils ont de la peine à choisir des choses ou à montrer ce qu’il veulent. Ils ont besoin d’aide pour faire presque tous les gestes de la vie de tous les jours. Ils ont peu d’échanges avec les autres.

Si vous utilisez des jouets avec des boutons-contacteurs ou des boutons pour enregistrer des messages, ces élèves peuvent participer aussi au jeu ou à l’activité avec les autres.

Si tous les élèves utilisent les objets connectés souvent, ils les connaissent bien et ont l’habitude. Peut-être que plus tard, certains élèves auront besoin d’une technologie d’aide. L’assurance-invalidité (AI) accepte de payer pour une technologie d’aide seulement si l’élève comprend comment utiliser un contacteur et sait faire des choix par exemple. Tous les élèves peuvent déjà s’entraîner pour être plus prêts à utiliser une technologie d’aide quand ce sera le moment.

Nous avons du matériel pour faire des démonstrations ou pour faire des essais. Si vous êtes une personne-ressources pour le numérique dans une institution SESAF, nous pouvons vous prêter:

  • plusieurs jouets connectés
  • des boutons-contacteurs
  • plusieurs sortes de boutons pour enregistrer des messages
  • un PowerLink, un appareil pour allumer et éteindre n’importe quel appareil électrique en utilisant un bouton-contacteur.

Si vous voulez apprendre à vos collègues à utiliser ces objets connectés dans les classes de votre école ou si vous voulez acheter des objets connectés, nous pouvons aussi vous aider.

Nous voulons aussi mettre ensemble des informations autour de ces objets:

  • ce que des enseignants ont déjà faits avec ces objets et qui était bien
  • des idées de ce qu’on pourrait faire avec ces objets avec les élèves
  • des questions que des enseignants se posent 
  • des réponses que d’autres enseignants ont trouvées.

Nous pouvons aussi donner des conseils techniques pour utiliser les objets connectés. Nous pouvons réfléchir à des bonnes solutions pour acheter ou adapter des objets pour les utiliser avec les élèves en classe.

Par exemple, si vous voulez adapter un jouet ou un appareil à pile (acheté dans n’importe quel magasin) pour l’utiliser avec un bouton-contacteur, nous avons une adresse. Un monsieur peut remplacer l’interrupteur (où on allume l’appareil) par une prise pour brancher le bouton-contacteur. Cela ne coûte pas trop cher (30 à 40 francs) et le matériel fait aussi partie du prix. Voici les coordonnées d’une personne qui fait cela très bien:  M. Pierre-Alain OGAY –  Rte Courtes-Poses – 1609 Saint-Martin FR – Tél. +41 79 661 37 24

Au Congrès CSPS « Transformation numérique : aubaine ou écueil pour la pédagogie spécialisée ? » à Berne le 27 août 2019, nous avons présenté un atelier sur les objets connectés dans la classe d’enseignement spécialisé. Vous pouvez voir la présentation en suivant ce lien.

Share

Présentation cellCIPS au sujet de la “Prévention internet” à LUDOVIA#CH, avril 2019

Le 18 avril dernier, nous avons  participé à la 2ème édition de LUDOVIA#CH à Yverdon-les-Bains, en animant un ExploreCamp au sujet de la prévention “internet et réseaux sociaux”.

L’intérêt des participants et les discussions fournies qui ont suivi nous confortent dans l’objectif de poursuivre notre travail de partage et d’échange d’expériences et de mise à disposition de ressources.

Voici le pdf de notre présentation , vous pouvez le télécharger et l’utiliser en mentionnant la source :

Lire la suite

Share

Actualisation des ressources pour la prévention internet

La cellCIPS a actualisé les informations et liens pour la prévention :

Aujourd’hui, l’informatique fait partie intégrante de la vie quotidienne et de l’enseignement. Aussi, l’enfant doit être éduqué à l’utilisation du numérique dans sa vie privée et scolaire et l’école a son rôle à jouer par un travail en amont sur les compétences médiatiques.

Lire la suite

Share

Un logiciel d’aide à l’écriture ( WordQ ), recherche pour un mémoire professionnel Master of Arts et Diplôme d’enseignement spécialisé

titleWordQ

 

Par Valérie FROIDEVAUX

Exploration de l’utilisation d’un logiciel d’aide à l’écriture pour soutenir la production écrite d’élèves lecteurs et scripteurs débutants de l’enseignement spécialisé 

Le présent travail part de la constatation, dans une classe d’enseignement spécialisé, des difficultés rencontrées par des élèves de 10 à 13 ans, lecteurs débutants, à produire des textes, même courts, sans modèle, alors qu’ils possèdent, par ailleurs, des compétences en français et qu’ils ont manifestement envie de s’exprimer. Le transfert des connaissances en orthographe et grammaire à la tâche éminemment complexe de production autonome d’un message écrit cohérent et conforme au code est problématique pour de nombreux élèves en enseignement spécialisé.

Or le domaine des MITIC (médias, images, techniques de l’information et de la communication) propose de nombreux outils, dont certains susceptibles de soutenir l’entrée dans la production écrite. Parmi ceux-ci, le logiciel d’aide à l’écriture WordQ offre des fonctions potentiellement intéressantes. Il propose une prédiction de mots orthographiquement et grammaticalement cohérents, un retour en synthèse vocale sur le texte écrit, ainsi que diverses fonctions de corrections du texte. Il peut être utilisé en même temps qu’un programme de traitement de texte.

La recherche questionne donc les apports et effets possibles d’un dispositif pédagogique incluant le logiciel WordQ sur une amélioration de la production écrite des élèves.

La partie théorique porte sur les compétences et stratégies mises en jeu dans la production écrite, ainsi que sur les apports des MITIC dans ce domaine.

La phase expérimentale s’appuie sur l’observation de trois élèves qui inventent et écrivent de petits contes à l’ordinateur, en utilisant le traitement de texte et le logiciel d’aide.

L’analyse des textes produits et des bandes vidéos montrant les interactions élèves-logiciels a permis de mettre en lumière et de discuter les modes d’utilisation des diverses fonctions du logiciel et leurs effets, selon différents critères, sur la production écrite des élèves. Il est ainsi possible de proposer une vue synthétique des apports possibles du dispositif, ainsi que des suggestions ou conseils d’utilisation.

 

valjpg-3ce2f3ce2-1fe3c

 

 

 val2png-fdabfdab-581be
Share