Une technologie d’aide… valable mais à certaines conditions.

Nous sommes parfois interpelés par des acteurs indirectement impliqués dans l’école. Comme leurs questions sont souvent à l’intersection de notre travail et de nos tâches, une présentation de notre action et de notre accompagnement s’avère évidemment très utile.Ainsi, le GREP (Groupe Romand des Ergothérapeutes en Pédiatrie à voir sur ergogrep.ch), a voulu que nous leur montrions dans le détail quel était notre implication pour la Technologie d’Aide et à quelles conditions nous pouvions collaborer.

Veuillez trouver, ci-après, la présentation faite conjointement par une inspectrice de l’OES (Mme Anne Lavanchy) et moi-même. La séance était très riche et les questions… nombreuses !

 

Toute une série de mesures sont d’ores et déjà mises en places, que ce soit pour l’élève intégré dans une école ordinaire ou pour l’élève enclassé dans une école prestataire de pédagogie spécialisée.

De quels besoins spécifiques parlons-nous par rapport aux élèves pouvant bénéficier de l’aide technologique (avec des réponses dans le champ des mesures renforcées ou ordinaires) ?

 

 

Page-07

Aujourd’hui, l’élève aux besoins spécifiques a pleinement droit aux aides et aménagements ad hoc afin d’accéder, comme les autres, à la communication, à la connaissance, aux savoirs. Pendant la période d’apprentissage comme en examen.

Page-08

Et oui, on peut faire dans le high tech tout en continuant à travailler avec de très anciennes (et éprouvées) méthodes !

Mais pourquoi ai-je vu une maman se désespérer d’apprendre que cette façon de faire (tellement simple en fait) aurait été possible pour sa fille gravement dyspraxique (et qui aura enduré l’enfer de la recopie pendant des années) ???

Les lois

 

Page-10
Page-11

Page-12

La « Convention relative aux droits des personn es handicapées » — https://www.admin.ch/opc/fr/classified- compilation/20122488/index.html#

Page-13

https://www.admin.ch/opc/fr/classified- compilation/20122488/index.html
et http://accedercestexister.fr

Page-14

Page-18

Attention, la technologie n’est rien ou peu utile si les contenus n’ont pas été, au préalable, mis en format accessible. Voir

Que ce soit pour des difficultés liées à la lecture de textes ou de graphiques, à la compréhension (y compris pour des élèves daltoniens), ou pour des problématiques liées à la prise de notes, à l’écriture en général, à l’orthographe, ou encore pour des troubles liés à la concentration, la planification en général, la mémorisation…, nous savons qu’il faut mettre un cadre très précis.

Les ressources sont certes multiples, oui, mais encore trop souvent proposées après coup (à la va-vite) et/ou en format « le miracle » de la technologie viendra à bout de toutes les difficultés et besoins particuliers.

Page-22

En 1982 est vendu Magic Wand, Speak and Learn de Texas Instruments, une technologie d’aide permettant de scanner des codes barres placés sur un livre illustré et « parlant » le texte écrit avec une synthèse vocale digne des premiers films de science fiction… https://youtu.be/sReTUYu1qwo

Qu’on comprenne bien que le sens du choc, pour moi, est dans le nom donné à l’appareil («Baguette magique ») et non à son utilité qui, pour l’époque, est probablement déjà assez révolutionnaire !!!

Page-23

Le technophile (qu’il soit enseignant, spécialiste thérapeute ou conseiller pédagogique – p.ex.) vient parfois en sauveur, sans concertation avec les collègues enseignants, sans vraiment répondre aux besoins de l’élève et en connaissance de ses potentiels (et de ses limites aussi).

 

 

Page-24

La seule technologie d’aide, donnée à un élève, restera un simple artefact si elle n’est pas perçue comme un instrument par la communauté de praticiens, de spécialistes et la famille. […] Pour devenir instrument, toute la communauté de praticiens, de spécialistes et la famille entourant l’élève devrait traverser et construire la genèse instrumentale, donc collaborer autour de l’artefact afin de s’approprier l’outil pour qu’il puisse se transformer et devenir cet instrument : la TA.

M E DINA, K (2015), MASTER’OF’ARTS’ET’DIPLOME’D’ENSEIGNEMENT’SPECIALISE’ Technologie d’aide ET alliances éducatives, des dispositifs complémentaires pour permettre l’accrochage scolaire des élèves avec troubles spécifiques des apprentissages. Mémoire professionnel

 

Page-30

Page-31

Page-32

Page-33

 

C’est bien à la direction de l’établissement de mener la chose, par délégation, ensuite, au titulaire de classe ou maître principal (au secondaire).

 

Page-34Page-35

Page-36

Page-37Page-38

Aussi peu que possible, autant qu’indispensable est aussi une devise que nous mettons souvent en avant !

Ne manquez pas de consulter notre lien cellcips.ch/feuille-de-route, il est le fil rouge qui nous permet de mieux comprendre 

Page-40

 

Page-41

Quelques outils simples que nous proposons.

Page-43

Pour nous il est très important, dès le départ, de tenir compte de l’évolution de la situation, avec les passages du primaire au secondaire, voire au monde adulte. Quelle autonomie visons-nous ?

Page-45

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.